27/11/2015

La maison de la littérature : exposition permanente ; Michel Noël et la Pension Velder

La Pension Velder. Lancement du livre de Robert Choquette. Archives Radio-Canada


Lors de votre prochain séjour dans la vielle capitale, un nouvel établissement pourrait attirer votre attention. La maison de la littérature située au cœur du Vieux-Québec dans l’ancien temple Wesley, propose un lieu de rencontres aux amoureux des lettres.

La Maison propose ainsi plusieurs activités reliées au monde de la littérature soit des ateliers d’écritures, des conférences et des expositions.

Dans le cadre de son exposition permanente, notons l’ajout d’une partie des archives de Radio-Canada, plus particulièrement, quelques extraits de l’émission la Pension Velder. Réalisée à partir des années cinquante selon une adaptation du roman de Robert Choquette, cette télédramatique fut extrêmement populaire auprès du public québécois.

Michel Noël y tenait le rôle d’un des pensionnaires de madame Velder. Philidor Papineau.

Je vous souhaite une excellente promenade.



11/05/2015

Lorsque les grands univers se rencontrent : Paul McCartney, Carl Aubut, Michel Laverdière et le Capitaine Bonhomme



On dit souvent que les grands esprits se rencontrent. On précise parfois que le hasard fait bien les choses… Je demeure persuadée que ces prophéties sont véridiques. J’effectuai une mise à jour pour la discographie du Capitaine lorsque je suis tombée par hasard sur un titre répertorié inusité à mes yeux :

Capitaine Bonhomme, réminiscences. Carl Aubut. Paul McCartney.

Je connaissais parfaitement le sieur McCartney en question, mais non le gentleman Aubut. Il n’en fallait pas plus pour piquer ma curiosité et déclarer la partie ouverte ;

Également intéressé par la musique populaire et le répertoire classique, Carl Aubut met sa guitare au service de l'une autant que de l'autre.
Au début des années quatre-vingt-dix, il est approché par le producteur Michel Laverdière pour participer à un nouvel enregistrement des mélodies du film The Family Way dont Paul McCartney avait signé la musique en 1966. Les séquences originelles était de très courtes durées, souvent moins d'une minute, on décide alors de développer les thèmes musicaux en variations d'une durée plus conventionnelle. Les démarches effectués par le producteur à cette occasion amènent l'équipe, en collaboration avec ZAQ et Téléfiction, à réaliser une émission documentaire télévisée intitulée L'Univers classique de Paul McCartney, alors que celui-ci vient tout juste de donner naissance à son "Liverpool Oratorio".
"The Family Way - Variations Concertantes Opus 1" est publié en 1995 et attire les éloges de la critique tout en suscitant la curiosité du public. Le guitariste y est accompagné par le Quatuor Claudel et les solistes Claire Marchand et André Moisan. Toujours intéressé aux mélodies populaires et entre autres à celles entendues dans son enfance, Carl Aubut a aussi conçu de nouveaux arrangements à la guitare pour une sélection de thèmes d'émissions télévisées des années cinquante et soixante. Six d'entre eux dont le thème de Bobino (plusieurs variations sur la mélodie "Double-March" de Dwight Barker), celui du "Capitaine Bonhomme" de Gilbert Lacombe et "Monsieur Surprise" de Herbert Ruff, s'ajoutent aux "Variations..." sous le titre général de "Réminiscences".

Assez bouche–bée merci, je poursuivis mes inquisitions sur le troisième acolyte mystérieux…

MICHEL LAVERDIÈRE a étudié à l’École des Beaux-Arts de Montréal. Il choisit ensuite de s’orienter vers l’écriture, la production de disques et le graphisme.
Il a voyagé en Amérique, en Europe et au Moyen-Orient.
Il a étudié la philosophie et la méditation dans des ashrams au Québec,
en France et en Angleterre.

De plus en plus intriguée, je me mis à la quête de ce fameux évènement historique. Au bout de quelques clics infructueux, je réussis à dénicher un résumé de cet album mythique et complètement inconnu pour moi. La présentation est impressionnante :

The family way : concertantes, op. 1. Variations ; Hymn to a child ; Reminiscences, suite pour guitare : Bobino ; Le Capitaine Bonhomme ; Le pirate Maboule ; Sol et Gobelet ; Grujot et Délicat ; Monsieur Surprise. Children of Sarajevo.

Certains extraits de l’album peuvent être écoutés à cette adresse : ici



Il va de soi que j’étais abasourdie. L’album est un pur bonheur à l’audition. La variation du thème du Capitaine Bonhomme interprétée à la guitare classique est vraiment superbe. Je souhaitai pouvoir me procurer un cd de cet enregistrement. Je dû redoubler de patience…

Je contactai monsieur Laverdière pour de plus amples informations espérant pouvoir acquérir un exemplaire auprès de lui ou de sa maison de production. Impossible… après vingt ans, cet album est épuisé. Je me tournai alors vers le réseau des collectionneurs. Au bout d’un certain temps, je dénichai un exemplaire sur amazon…

Aujourd’hui, je peux écouter à ma guise cette excellente production unique dans l’histoire du Québec. Ce n’est pas tous les jours que de tels esprits créateurs se rencontrent…

Merci à Carl Aubut et Michel Laverdière pour ce merveilleux moment musical, un retour au pays de l'enfance merveilleux…

Bonne écoute 



28/02/2014

Le Capitaine Bonhomme entre au Musée de la civilisation

 

 Capitaine Bonhomme. Veste blanche

Vous lui remettrez son habit blanc. L’Aiglon. Edmond Rostand.

C’est avec une grande fierté que nous partageons avec vous cette belle initiative. Madame Rita, veuve de Michel Noël, alias le Capitaine Bonhomme, a fait don du magnifique habit blanc du Capitaine au Musée de la civilisation de Québec.

Souvenir important du grand personnage, ce costume fait désormais partie de la collection nationale du Québec. Ce don inclus la veste blanche, la chemise, la cravate, le pantalon et la casquette…

À la discrétion du Musée, l’ensemble sera présenté au public dans le cadre d’une exposition permanente.

Je me souviens de l’été 1984, dans le cadre de l’événement des grands voiliers. Mon père présenta plusieurs conférences au cours de cette saison axée sur les gloires maritimes. Ces présentations se tenaient dans les locaux futurs de l’édifice actuel du musée…

Le voilier semble avoir choisi son port d’attache.

Nous remercions sincèrement toute l’équipe du musée de la civilisation.

capitaine Bonhomme. Casquette blanche Bonne visite !

03/11/2012

Michel Noël, un jeune capitaine et la guerre

 

Michel Noël. Guerre portrait

À l’occasion de cette période de souvenir, je partage avec vous quelques notes transmises à monsieur René Audet, journaliste pour l’armée canadienne, destinées au journal des vétérans.

Un vétéran de l’ombre de la seconde guerre mondiale…

Jean-Noël Croteau (Michel Noël)

  1. Lieu et date de naissance : Ville de Québec, 23 septembre 1922
  1. Informations sur la jeunesse : doué pour les sports et les arts, il se consacre dès son jeune âge à une carrière de chanteur et comédien. Études à Montréal. Membre actif du théâtre Arcade sur le Plateau Mont-Royal, il fait partie de la distribution régulière.
  1. À sa majorité, il est inscrit au régiment de Hull, en 1943. Il fait partie du Régiment des fusiliers de Hull. Dès lors, il suit les directives. Il s’inscrit, de plus dans l’Armée show afin de lier ses possibilités d’entraide. Il étudie et apprend un répertoire de chants susceptibles de plaire aux soldats. Tout le long des hostilités, il tiendra des activités culturelles pour améliorer la vie de ses compagnons d’armes.Michel Noël. Guerre Kiska
  1. En novembre 1943, je crois, il fait partie du groupe de défense de Kishka, dans les Aléoutiennes. À Vancouver, en attendant de se rendre à Kishka, il passe diverses auditions pour l’Armée Show. Par la suite, Il est envoyé en mission dans les aléoutiennes. À cet endroit, sous une tente conçue à cet effet, il établira plusieurs activités artistiques pour ses compagnons de troupe, dont un poste de radio avec émission régulières de musique et chants, des spectacles pour les soldats de l’île et des événements rassembleurs à Noël et autres fêtes particulières. Mais ce qui le transforma en l’homme le plus populaire de la région fut la responsabilité de la distribution des rations de rhum du matin! Au bout d’un certain temps, il reçut un congé, je crois. Ce qui lui permit de se rendre à Montréal, en visite dans sa famille et ses amis. À ce moment, il se fiança avec Rita Céré, ma mère, avec qui il correspondait par amitié. Au début de son enrôlement, il obéissait aux ordres de l’inscription obligatoire. Par la suite, il décida de se porter volontaire pour la suite des événements. Ce qui le fit poursuivre ses expériences de guerre en Europe. De Halifax, il se rendit en Angleterre, en Bateau (les cargos étaient réquisitionnés pour le transport des soldats). Le 25 mai 1944, si je me fie aux informations que j’ai trouvées, il se retrouve au Yorkshire en attente des ordres de l’invasion des alliés.

Il participe à la bataille de l’Escaut, puis à la libération des Pays-Bas, de 44 à 45. Au mois d’avril 45, au sein de la première armée, Ier corps Canadien, probablement, il est envoyé en Hollande. Il débarque avec les bateaux sur les plages. Par la suite, les soldats devaient tenter de libérer des villages.

 

Michel Noël. Guerre. Groupe de Kiska

Au cours de l’une de ses opérations, il se déplace avec son groupe à Bergen op Zoom.

La mission est de libérer cette région. Se faufilant entre les maisons réquisitionnées par les soldats allemands, un obus atterrit et éclate derrière lui, blessant et tuant la majorité de ses compagnons. Il est blessé aux jambes et passe la nuit dans les champs de pommes de terre. Il réussit à ramper dans les champs vers ses unités de secours. Les soldats responsables le hissent derrière un tank et le ramènent à sa base. Il est amené à l‘hôpital. Blessé aux jambes, une opération le délivre de plusieurs morceaux d’obus, sauf un, qu’il conservera au talon toute sa vie. Par la suite, il est en convalescence et profite de l’occasion pour se lier d’amitié avec les autres patients, le révérend et même les villageois de Hollande. Il apprend l’Allemand et effectue des travaux administratifs pour les troupes. Ses contacts avec les habitants le touchent. Les soldats n’avaient pas le droit de partager leur ration avec les villageois. Cette tristesse le marqua longtemps. Il décrivait aussi ses rencontres avec les prisonniers libérés des camps de concentration. Leur détresse était insoutenable. La désolation de toutes ces régions était difficile à accepter. Après sa convalescence, suite à la libération de Paris, il se rend dans la ville et doit patienter avant le retour au pays. Avec ses compagnons, il bivouaque à la gare d’Orsay. Paris est défigurée, mais il se réjouit de la voir libre. Il passe le temps en se baladant et en poursuivant sa correspondance avec Rita et sa mère qui s’impatientent de le voir.

5. Au cours de cette longue attente, il participe au concours de nouvelles de CKAC. Il remporte le premier prix. Il aura donc un travail dans le domaine qu’il souhaite, à son retour. Le 8 décembre 1945, il revient à Montréal. Par la suite, il épouse, Rita Céré. Quatre enfants naîtront de cette union. Cinquante ans de carrière artistique ont suivi ses expériences de guerre. Auteur, chanteur, comédien, acteur. Il a œuvré sur la scène du théâtre, de la télévision du disque et de la littérature. Il est décédé en 1993 à Mont-Saint-Hilaire.

Il est demeuré très marqué par cette période de l’histoire. Couche-tard, ce n’était pas un lève-tôt. La vie de soldat lui fut très ardue. Néanmoins, il resta fier de sa participation et en parla toute sa vie. Il voua longtemps une grande admiration à Winston Churchill et à Napoléon.

Michel Noël. Guerre. Vancouver

Je demeure convaincue que ses expériences de guerre ont servi de base à l’élaboration de son personnage, le Capitaine Bonhomme…

Bon vent…

14/10/2012

Les plus belles pierres

 

 

 Entrer dans l’univers des cimetières, c’est découvrir l’histoire de la région et de ses familles. C’est aussi découvrir un monde de quiétude et d’art d’un autre temps. L’œil Régional a répertorié quelques-uns (il y en a trop) des plus beaux monuments et les pierres tombales de personnages qui ont laissé une marque dans l’histoire de la région.

L’œil Régional. 13 octobre 2012

Cimetière Mont-Saint-Hilaire. Jean-Noël Croteau. Capitaine Bonhomme. Michel Noël

Le cimetière de Mont-Saint-Hilaire se veut discret. Lovés au pied du mont du même nom, les dormeurs s’y reposent en toute tranquillité. Citoyens et citoyennes de tous âges s’y retrouvent un jour afin d’y poursuivre un autre rêve.

Ozias Leduc, Paul-Émile Borduas, Jordi Bonnet, les peintres inoubliables y tiennent des ateliers sur les nuages…

Le Capitaine Bonhomme (Jean-Noël Croteau) y a amarré le Marsouin III...

Si le cœur vous en dit, offrez-leur un pèlerinage d’amitié. Je crois qu’ils vous salueront discrètement du haut de leurs étoiles.

Merci

13/07/2012

Photographe animalier : Guido Tarabini

 

Guido Tarabini. Troglodyde mignon

Guido Tarabini est un capteur d’âme discret et fascinant. Ce n’est pas le spectaculaire, le dramatique qui le préoccupe, mais le quotidien de la bête, le petit geste-surprise du moineau, de l’écureuil, de la grenouille et de l’épervier.

Guido Tarabini. Cheval près de la rivière

Amoureux des arts depuis l’enfance, il se passionne pour la photographie animalière. Italien, il se familiarise avec les appareils et les différents sujets. Puis, en croisant la route de la femme de sa vie, il décide de changer de pays, de décor et emménage en Ardenne. Depuis lors, il photographie la vie autour de lui, particulièrement dans son jardin. Les oiseaux connaissent ses amitiés. La cohabitation semble magique et respectueuse. Les images témoignent de ces dialogues amicaux entre lui et la faune.

Guido Tarabini. Campagnol

Des heures de guet auprès du nid d’un rapace, des excursions dans les bois à l’affût du petit monde des écureuils, des souris, des oiseaux et amphibiens.

Et aussi les chevaux ! Les moutons ! Des images magnifiques, émouvantes qui ne laissent personne indifférent.

Guido Tarabini. Écureuil roux femelle

Pour mieux apprécier l’œuvre de ce grand photographe, je vous suggère une visite inoubliable sur son site.

Guido Tarabini, le site

http://guidotarabini.fotoloft.fr/albums-p-25224.html

Illustrations : Guido Tarabini